Vidéoprotection dans le domaine public : les fondamentaux

La sécurité est bien souvent la première préoccupation des citadins. C’est un des premiers critères de qualité de vie. La vidéoprotection, bien connue, est un levier majeur pour améliorer la sécurité dans une zone géographique. Elle rassure les citoyens, mais elle peut aussi faire l’objet de critiques de la part des citoyens qui y voient parfois un dispositif qui va à l’encontre de leur droit à la vie privée. Dans cet article, on vous présente les fondamentaux de la vidéoprotection dans le domaine public.

Qu’est ce que la vidéoprotection ?

La vidéoprotection, ou vidéosurveillance, est un système de caméras permettant de surveiller à distance un espace public ou privée. Ces caméras peuvent être dans la rue, les magasins, les transports en commun, les bureaux et les immeubles d’habitation.

Faut-il dire vidéoprotection ou vidéosurveillance ?

Dans le domaine public, ces deux termes veulent dire la même chose. Néanmoins, le mot vidéosurveillance a une connotation négative. Ainsi, le terme vidéoprotection est plus largement utilisé.

CNIL et vidéoprotection

Dans tous les registres, l’installation de caméras est soumise à une demande préfectorale. Ensuite, cette demande faite en ligne permet à l’état de confirmer le respect du cadre fixé par la CNIL.

Quel est l’intérêt de la vidéoprotection ?

Les plaintes des citoyens en lien avec la sécurité sont nombreuses et sont souvent les premières préoccupations des citoyens. Elles touchent directement les élus locaux ou adjoints au maire en charge de la sécurité. Les intérêts de l’installation de caméras dans le cœur d’une ville sont nombreux :

  • Rôle dissuasif
  • Réduction du nombre d’incivilités
  • Preuve pour les mains courantes
  • Retour sur investissement élevé
  • Dynamisation du cœur de ville

Qui est en charge de la vidéosurveillance au sein de la ville ?

La vidéoprotection est une solution dont la mise en place est décidée par un élu ou un adjoint au maire en charge de la sécurité. La police municipale de la collectivité concernée supervise ce réseau de caméras. Le directeur de la police municipale s’occupe de l’implémentation et de la gestion du réseau de caméras. Cela peut se faire en s’appuyant sur un Centre de Supervision Urbain ou CSU, qui peut avoir un directeur ou un directrice.

Le directeur en charge de l’implémentation d’un système de vidéosurveillance dans une collectivité fait face à plusieurs challenges et responsabilités:

  • Emettre une demande auprès de la préfecture
  • Trouver la solution la plus adaptée et la plus performante
  • S’assurer d’investir sur le long terme pour permettre l’implantation de solutions complémentaires.

Pour en savoir plus sur le rôle d’un élu local, nous vous invitons à consulter notre article sur ce sujet.

Obtenir des subventions pour implanter un système de vidéoprotection

Un projet d’implantation de vidéoprotection peut faire l’objet de subventions de la part des départements, des régions ou de l’état. Par exemple, Paris a fait l’objet de l’implantation d’un système colossal de plus de 1000 caméras. Pour en savoir plus, cliquez-ici.

Les acteurs de la vidéoprotection

Dans le monde de la vidéo protection, il faut distinguer 4 type sd’acteurs.

Les fabricants de caméras

Il s’agit par exemple d’acteurs comme HIKVision, leader mondial basé en Chine

Les Video Management Systems ou VMS

Les deux grands leaders mondiaux sont Genetec, société canadienne, et Milestone Systems, société danoise. Ces acteurs permettent la gestion du réseau de caméras via leur système de VMS. Ils s’appuient sur des réseaux de distributeurs et d’intégrateurs pour déployer leurs technologies.

Les intégrateurs et distributeurs

Ils installent concrètement la technologie en ville. C’est le cas d’acteurs comme Spie City Networks, Bouygues Energie et Services, Vinci, Eiffage Expercités et bien d’autres etc…

Les services additionnels

Il existe un myriade de services ou plugins autour du VMS pour permettre d’améliorer la gestion de la vidéo protection.

L’intelligence artificielle et la vidéoprotection

Des services basés sur l’intelligence artificielle permettent de rendre les caméras encore plus faciles à utiliser pour un CSU. Il existe plusieurs startups spécialisées sur ces sujets depuis quelques années. Ces solutions sont désormais éprouvées.

Services pour la sécurité

Des startups technologiques comme Neuroo, Two-i ont développé des technologies à base d’Intelligence artificielle pour détecter efficacement les anomalies, attroupements de personnes, dangers, incendies. Cela permet de faire

Services pour la gestion du stationnement

Cocoparks propose la gestion intelligente du stationnement en se connectant aux caméras de vidéoprotection de la ville.

👉 Découvrez une solution innovante et pragmatique française

A propos de Cocoparks

Cocoparks est une startup technologique basée à Paris. Cocoparks rassemble la data la plus complète en France sur les options de stationnement en parking et en voirie, et la met à disposition d’une communauté d’utilisateurs qui s’entraident pour se garer en ville. Cocoparks développe ses services à l’appui des dernières technologies de data science et de deep-learning. L’appli Cocoparks est disponible à Paris, Bordeaux, Marseille, Lyon, Nantes et Nice, et intègre 300 000 places en voirie et plus de 1000 parkings. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.cocoparks.io.

About the author

Alexandre Mano

View all posts